Le réchauffement climatique pour les nuls

Le réchauffement climatique pour les nuls

 

Bonjour SciencesPiste.

Tu as déjà entendu parler du « réchauffement climatique », tu penses que ça a des liens avec le trou dans la couche d’ozone, que la fonte de la banquise provoque la montée du niveau de la mer et de toute façon tout ça c’est louche vu le mois de septembre qu’on se tape ? Cet article est fait pour toi.

 

Deux mécanismes : albédo et effet de serre

Nous avons la chance d’avoir une atmosphère autour de notre planète et un soleil pour tourner autour. Les rayons du soleil que nous recevons sont source d’énergie solaire, le principal moteur du climat, et ce grâce à deux mécanismes.

D’abord, l’effet de l’albédo mesure le pouvoir réfléchissant des sols. Si les rayons du soleil arrivent sur une aire sombre, l’énergie solaire est absorbée et réchauffe la surface. Si l’énergie solaire arrive sur une aire brillante, elle se réfléchit. Ainsi, si toute la Terre est couverte de neige ou de glace (oui, ça peut arriver), toute l’énergie solaire est réfléchie et la planète se refroidit.

Ensuite (et là le mot va faire tilt), l’effet de serre est la capacité qu’a notre atmosphère d’absorber le rayonnement thermique de la planète (qui se réchauffe) tandis qu’une petite partie seulement est relâchée vers l’espace. La chaleur, au lieu de quitter notre planète sous forme de rayonnement thermique invisible, reste emmagasinée entre la surface et le bas de l’atmosphère. En réalité, même si ses excès ont mauvaise presse aujourd’hui, ce mécanisme d’effet de serre nous permet d’avoir une température moyenne de 15°C au lieu de -18°C sur notre chère planète, et rend donc possible le phénomène de la vie !

 

 

 

 

 

réchcli

 

Les gaz à effet de serre

Les gaz à effet de serre sont ces gaz ayant le pouvoir de réfléchir les rayons lumineux. Les deux principaux gaz responsables de l’effet de serre sont la vapeur d’eau et le CO2 (alias dioxyde de carbone, ou gaz carbonique), mais il existe d’autres gaz ayant une contribution plus faible,  comme l’ozone ou le méthane.

 

Vous avez dit réchauffement ?

Pour comprendre les évolutions de la température au cours des millénaires, les climatologues analysent la composition de la glace polaire, formée des neiges tombées depuis le début des temps. Ils remarquent une corrélation entre une forte concentration en gaz à effet de serre et une température élevée ; mais est-ce que pour autant la première est la cause de la deuxième ? Au naturel, contrairement aux idées reçues, les changements de température sont dus aux variations de l’ensoleillement reçu par la Terre, selon l’orientation de l’orbite de la Terre autour du Soleil. Prenons l’exemple d’un refroidissement : quand la Terre est très inclinée par rapport au Soleil, elle reçoit moins d’énergie solaire, il fait plus froid, la neige ne fond plus, des calottes de glace se forment, l’albédo (le pouvoir réfléchissant, vous avez suivi) augmente, ce qui amplifie le refroidissement ! Or, plus les océans sont froids, plus ils peuvent absorber de dioxyde de carbone, réduisant de fait la concentration atmosphérique en CO2. Ainsi, sans activité humaine, la concentration en gaz à effet de serre résulte des changements climatiques, et non l’inverse, même si elle vient amplifier le processus de réchauffement ou de refroidissement.

 

Problème : depuis 200 ans, les humains se sont mis à brûler des énergies fossiles (comme leur nom l’indique, issues d’éléments autrefois vivants, donc carbonés) : charbon, pétrole, gaz… Or, brûler ces substances dégage dans l’atmosphère une quantité phénoménale de gaz carbonique, qui s’accumule sans avoir le temps de s’éliminer : on a augmenté d’environ 30% les concentrations atmosphériques en dioxyde de carbone par rapport au niveau naturel, une perturbation à laquelle on n’a pas trouvé d’analogie. Ainsi, alors que les gaz à effet de serre ne sont naturellement que des amplificateurs des phénomènes climatiques, ils en sont désormais les moteurs. De fait, nous sommes, astronomiquement parlant, en période de minimum de réception de l’énergie solaire, autrement dit, en période froide… Autant dire que les températures sont anormalement élevées. D’après le rapport du GIEC dévoilé le 27 septembre, elles devraient encore augmenter de 0,3 à 4,8°C d’ici 2100.

 

 ————————————

Global warming for dummies

Hello SciencesPiste.

You’ve heard about « global warming », you think it’s linked with the hole in the ozone layer, that the ice melt provokes a rising of the sea level, and that anyway all this is suspicious given the September weather we have? This article is made for you.

 

Two mechanisms: albedo and greenhouse effect

 

We’re lucky enough to have an atmosphere around our planet, and a sun around which to turn. The sun rays we receive are sources of solar energy, main dynamic of the climate, thanks to two mechanisms.

 

First, the albedo effect measures the reflecting power of a surface. If the sun’s rays are incident on a dark area, the solar energy is absorbed and heats the surface. If the solar energy hits a bright area, it is reflected. Hence, if the whole Earth is covered with snow and ice (yes, it can happen), the entirety of the solar energy is reflected and the planet gets colder.

Second (and here the word will ring a bell), the greenhouse effect is the capacity our atmosphere has to absorb the thermal radiation of the planet (which gets warmer) while only a small part is released towards space. The heat, instead of leaving our planet in the form of invisible thermal radiation, gets stored between the surface and the bottom of the atmosphere. In reality, even if its excesses get bad press these days, this mechanism of greenhouse effect allows us to have an average temperature of 15°C instead of -18°C on our dear planet, and thus makes possible the phenomenon of life!

réchcli

 

Image © http://iddpnql.ca/?page_id=99 IDDPNQL (Institut de Développement Durable des Premières Nations du Québec et du Labrador)

 

Greenhouse gases

The greenhouse gases are those that have the ability to reflect sun rays. There are two main gases responsible for the greenhouse effect: water vapour and CO2 (aka carbon dioxide), but others exist, even if their contribution is smaller, like ozone or methane.

 

You said “warming”?

To understand temperature evolutions over the millenniums, climatologists analyse the composition of polar ice, formed of snow fallen since the beginning of time. They notice a correlation between a strong concentration of greenhouse gases and a high temperature; but is the first necessarily the cause of the second? In a natural state, contrary to the preconceived idea, the temperature variations are due to the changing rate of sunshine, depending on the orientation of the Earth’s orbit around the Sun. Let’s take the example of a cooling: when the orientation of the Earth is very tilted in relation to the Sun, it receives less solar energy, gets colder, the snow doesn’t melt anymore, icecaps form, the albedo (reflecting power, if you’re following) increases, and that amplifies the process of cooling down! Now, the colder the oceans are, the more carbon dioxide they can absorb, thus reducing the atmospheric concentration in CO2. Hence, without human activity, the concentration of greenhouse gases results from climate changes, and not the opposite, even if it amplifies the process of warming up or cooling down.

 

Problem: 200 years ago, humans have begun burning fossil energies (as their name says, stemming from elements that once lived, meaning containing carbon): coal, oil, gas… Yet, burning these substances gives off in the atmosphere a huge quantity of carbon dioxide that accumulates: we have increased of about 30% the concentration in carbon dioxide compared to its natural level, a perturbation without analogy. Hence, while greenhouse gases are naturally only amplifiers of climate phenomena, they are now their main cause. De facto, we are supposed to be, astronomically speaking, in a period a minimal reception of solar energy, in other words, in a cold era… And according to the GIEC report revealed on Sept. 27, temperatures should continue to increase by 0,3 to 4,8°C by 2100.

 

Louise Roblin et Dorian Foucault

One thought on “Le réchauffement climatique pour les nuls

  1. Pingback: Mais qui fait des trous dans l’Ozone ? | 27 Rue Saint Greeniaume

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s